Comprendre les Noms de Famille Polonais

Rencontrez les Kowalski, Nowak, Mickiewicz et Lewandowski et Découvrez Comment ces Noms sont devenus les Noms de Famille Polonais les Plus Populaires, les Plus Symboliques, les Plus Typiques, mais aussi les Plus Étranges.

Comment les Noms de Famille Polonais sont Construits ?

Chaque nom – et nom de famille en particulier – possède une histoire qui lui est propre. Cependant, le système de dénomination dans son ensemble doit également avoir son histoire, ses règles et ses particularités. Dans le cas des noms de famille polonais, cela en fait une histoire fascinante de complexité sociale, ethnique et culturelle. Pour commencer, rappelons-nous que la plupart des noms de famille polonais ont été formés à l’origine comme dans l’une de ces trois catégories (cependant, comme vous allez le voir, avec les noms de famille, rien n’est simple) :

Cognominal – créé à partir d’un surnom, généralement basé sur la profession (noms de famille dits professionnels), une description physique ou un trait de caractère. Comparez donc Kowalski, Glowacz ou Bystroń.

Toponymique – ces noms sont dérivés du lieu de résidence, de naissance ou d’origine familiale. Comme : Brzeziński.

Patronymique – généralement dérivé du prénom d’une personne et se terminant ainsi généralement par un suffixe suggérant un lien de parenté. Pensez donc à : Piotrowicz ou Staszczyk.

Nous allons désormais les utiliser pour vous montrer qu’un nom de famille est une chose assez compliquée. Par où commencer ? Par le suffixe de nom polonais le plus populaire – le -ski, évidemment.

Les Noms en -ski : Objet de Désir & l’Ultime Nom de Famille Polonais

Les noms en -ski sont loin d’être les plus anciens, mais ils sont devenus de loin le type de nom de famille polonais le plus reconnaissable dans le monde. C’est également le type de nom de famille le plus populaire dans le pays aujourd’hui. D’un point de vue structurel, les noms de famille avec le suffixe -ski (et les suffixes apparentés -cki et -dzki) représentent environ 35 % des 1000 noms polonais les plus populaires. D’où vient ce type de nom et qu’est-ce qu’il nous apprend sur la Pologne ?

Le suffixe polonais -ski était à l’origine utilisé pour indiquer la situation topographique ou la relation possessive. Ainsi, les plus anciens de ces noms, qui ont commencé à se répandre en Pologne vers le XIIIe siècle, signifient que leurs porteurs sont originaires d’une certaine région. Tarnowski vient de Tarnów, Chomętowski de Chomątów, Brzeziński de Brzezie, etc.

L’origine des Noms en -ski

Tout d’abord, il est important de noter qu’à l’origine, c’est la noblesse polonaise qui utilisait ces noms. Les nobles étaient évidemment des propriétaires de terres et, à ce titre, ils avaient tout à fait le droit d’utiliser leur terre (et leur nom) pour se distinguer des autres ( n’est-ce pas la raison d’être des noms de famille ?). En conséquence, la population a très vite considéré les noms en -ski comme un nom noble par excellence. Avant tout, cela signifiait les origines nobles et le statut élevé d’une famille. Dans une société polonaise strictement stratifiée, où les membres de la noblesse représentaient environ 10 % de la société, le nom en -ski est devenu un objet de désir compréhensible.

Au tournant du XVIe siècle, la bourgeoisie a commencé à adopter les noms en -ski en même temps que les paysans – nous sommes en plein milieu de la « -ski-mania ». C’est à ce moment-là que le suffixe perd son sens toponymique ou possessif initial. Il devient donc le suffixe de nom polonais le plus productif (et à peu près neutre en termes de signification). C’est alors que les (sur)noms polonais traditionnels de type cognominal, très populaires auprès du peuple, commencent à se transformer avec la terminaison noble -ski. Ainsi, Skowron (litt. alouette) devient Skowroński, Ryba (poisson) devient Rybiński, Kaczmarek (gardien d’auberge) devient Kaczmarski et Kowal (forgeron) devient Kowalski.

Le Nom de Famille -ski est-il Toujours Polonais ?

Alors que le suffixe -ski était autrefois une caractéristique grammaticale entièrement slave qui a entraîné la formation de ce type de nom dans de nombreux pays slaves (comme le suffixe de nom macédonien populaire -ovski), la popularité du nom polonais -ski en Pologne a peut-être contribué à la popularité générale du nom. D’abord en Europe de l’Est, puis dans le monde entier. Aujourd’hui, le -ski dans le nom peut encore – avec une forte probabilité – servir d’indication des origines polonaises d’une personne. Rappelez-vous que lorsque vous voyez les personnes portant le nom -ski en Russie, comme Konstantin Tsiolkovsky, Vaslav Nijinsky ou Felix Dzerzhinsky – vous pouvez être sûr que beaucoup d’entre elles ont des origines polonaises.

Noms Cognominaux

Alors que les noms polonais en -ski sont, en théorie, génétiquement liés aux classes supérieures de la société polonaise, les noms de famille cognominaux sont définitivement plus démocratiques car ils sont issus de l’usage populaire. Si l’on considère que la plupart des Polonais ont leurs racines dans les zones rurales, il s’agit peut-être d’un candidat encore plus approprié pour le type de nom de famille polonais le plus « polonais ».

Les noms cognominaux ont été formés à partir de surnoms, basés sur la profession, le physique ou un trait de caractère d’une personne. Vous y trouverez donc : Nowak (quelqu’un de  » nouveau  » dans la région), Bystroń (quelqu’un de  » vif d’esprit « ), Białas (quelqu’un de  » blanc « ) et Głowacz (quelqu’un avec une grosse  » tête « ). Voir également : Szyszka (pomme de pin), Gwiazda (étoile), Noga (jambe).

Kowalski = Smith : Noms Polonais Professionnels

L’une des sous-catégories les plus intéressantes des noms cognominaux est celle des noms de famille qu’on appelle « professionnels ». Il s’agit de noms basés sur la profession d’un ancêtre. Présents dans presque toutes les cultures, les noms de métiers en Pologne sont donc très variés. C’est en partie grâce à une grande productivité de suffixes différents ajoutés au nom original, comme -ski, -czyk, -ik, -ak, etc. Par exemple, le mot pour la profession de kowal (signifiant forgeron, comparer avec le nom de famille anglais Smith) en polonais donne Kowalczyk, Kowalik, Kowalski, Kowalewski, entre autres et avec l’original Kowal, qui est aussi un nom de famille populaire.

Une liste de ces noms de métiers peut donc servir d’indice sur la hiérarchie des professions les plus importantes en Pologne dans le passé, comme : Kowalski (forgeron), Woźniak (gardien), Krawczyk (tailleur), Szewczyk (cordonnier), Kaczmarek (aubergiste), Cieślak (charpentier), Kołodziejski (charron), Bednarz (tonnelier), Kucharski (cuisinier), pour n’en citer que quelques-uns.

Piotr, Pietrzak, Piotrowski… Noms de Famille Formés à Partir de Prénoms Chrétiens

Des noms polonais dérivés du nom Piotr.

L’énorme variété et la productivité des suffixes slaves dans le système de dénomination polonais sont à l’origine de la grande variété de noms de famille qu’on a créée à partir de prénoms, le plus souvent des prénoms chrétiens, qui, au XVIe siècle, avaient presque entièrement remplacé les prénoms slaves plus indigènes (avant d’être réintroduits au XIXe siècle).

Il ne s’agit pas nécessairement de noms patronymiques classiques – un terme réservé aux suffixes de noms qui portent le sens de « fils de » (mais ceux-ci ont évidemment leur place ici aussi).

Les Noms Dérivés de Piotr

Un tel prénom pouvait, dans des cas extrêmes, donner lieu à plusieurs dizaines de noms de famille. Comme Piotr et ses dérivés qui comprendraient : Pietrasz, Pietraszak, Pietraszek, Pietruszko, Pietrucha, Pietroń, Pietrus, Pietrzak, Pietrzyk, Piestrzak, Pietrowiak, Peter, Peterek, Petryczek, Petras, Petraś, Petri, Petrino. Le suffixe patronymique classique -wicz pourrait donner : Petrulewicz, Pietraszkiewicz, Pietrkiewicz, Pietrowicz, Piotrowicz, Pietrusiewicz. Les suffixes adjectivaux en ajouteraient une autre poignée : Piotrowski, Piotraszewski, Petrażycki, Piestrzyński, Pietracki, Pietruszyński, Pietrykowski, Pietrycki, Pietrzykowski … et bien d’autres encore.

Cette productivité hallucinante de suffixes a entraîné l’énorme popularité de ces noms, confirmée par les statistiques. En fait, des noms de famille comme Piotrowski, Szymański (de Szymon), Jankowski (Jan), Wojciechowski, Michalski, Pawłowski, Jakubowski, représentent aujourd’hui plus de 25% de tous les noms de famille polonais (en ce qui concerne la signification de la racine).

En termes d’origine de classe, on considérait autrefois la plupart de ces noms comme des noms de famille paysans ou bourgeois. Si aujourd’hui ces différences ne sont plus visibles ou importantes, la société polonaise traditionnelle valoriserait certains noms plus que d’autres. Comme l’a observé l’ethnographe Jan Stanisław Bystroń, ce type de hiérarchie établirait le nom Michałowski au sommet. Michalski serait derrière lui, et Michałowicz en troisième position. Des noms de famille comme Michalik, Michałek, Michniak ou Michnik seraient à la traîne, et considérés comme des noms communs. Néanmoins, ils proviennent tous d’un seul prénom polonais : Michał.

Patronymes Polonais

Les phrases patronymiques sont probablement l’une des façons les plus anciennes et universelles de nommer des personnes. Comparez : l’arabe ibn/bin ; l’hébreu ben, bat et bar ; l’écossais Mac ; l’anglais -son ; et le scandinave -søn – qui étaient tous utilisés dans les noms pour indiquer que quelqu’un est le fils de quelqu’un…

Bien que les patronymes polonais puissent se présenter sous différentes formes (comme les suffixes -yk, -czyk, -ak, -szczak, -czak : Stach, Staszek, Stachura, Staszczyk, Stachowiak, Stasiak – sont tous des fils de Stanisław), le plus important et le plus reconnaissable est celui formé par le suffixe -wicz – que l’on rencontre également dans le suffixe patronymique russe. En fait, le suffixe polonais -wicz est d’origine ruthène (la forme polonaise plus ancienne se termine en -wic. On le retrouve dans les noms des premiers poètes polonais modernes : Szymonowic, Klonowic), où il a été utilisé pendant de nombreux siècles par la noblesse locale. Dans la Pologne ethnique, on associerait plutôt ce type de nom à la bourgeoisie.

Mickiewicz comme Nom de Famille Polonais Biélorusse Typique

Une certaine catégorie de noms patronymiques en -wicz, à savoir ceux se terminant par -kiewicz (le suffixe lui-même dérive de la Biélorussie) peut également servir de leçon d’histoire culturelle de la Pologne, ou plus précisément, des réalités historiques du Commonwealth polono-lituanien. De nombreux noms de famille, tels que Mickiewicz, Mackiewicz, Sienkiewicz, Iwaszkiewicz ou Wańkowicz – pour n’en citer que quelques-uns, et seulement ceux d’écrivains polonais connus – sont originaires des parties orientales de l’ancien CPL (Lituanie, Biélorussie, Ukraine). Il révèlent une caractéristique assez intéressante et cohérente de la fabrication de la polonité dans les territoires orientaux périphériques. En fait, tous ces noms patronymiques sont issus de prénoms ainsi que de leurs variantes locales typiques des localités ruthènes.

  • Mickiewicz < fils de Mit’ka < un diminutif formé à partir du nom Dymitr.
  • Mackiewicz < fils de Mat’ka < un diminutif formé de Matiey [Ang. Matthew]
  • Sienkiewicz < fils de Sien’ka < un diminutif formé à partir de Syemion (Pol. Szymon = Ang. Simon)
  • Iwaszkiewicz < fils de Ivashko < un diminutif formé à partir de Ivan (Pol. Jan = John)
  • Wańkowicz < fils de Van’ka < un diminutif formé à partir d’Ivan (Pol. Jan = Jean)

L’étymologie de ces noms patronymiques peut servir de preuve que de nombreuses familles des régions orientales du Commonwealth étaient à l’origine d’origine ruthène. Elles ne sont devenues polonaises qu’au cours du processus de polonisation culturelle de ces terres. C’est un processus qui a lui-même duré plusieurs siècles.

Cela est particulièrement évident avec des noms tels que Iwaszkiewicz ou Wańkowicz, qui dérivent tous deux du nom Ivan (une variante ruthène/orthodoxe du nom Jean), qui n’est certainement pas un nom que l’on rencontre dans la Pologne ethnique. Le nom de famille du poète national polonais Adam Mickiewicz peut être encore plus instructif. Il provient du nom Dymitr – un nom absent du calendrier chrétien polonais et du courant principal de l’histoire nationale polonaise.

Autres Noms

Le caractère multiculturel et multiethnique du Commonwealth polono-lituanien a laissé des traces dans le corpus des noms de famille utilisés en Pologne. De nombreux noms d’origine étrangère ont été intégrés dans le système et sont aujourd’hui difficilement reconnaissables comme étrangers.

Arménien

Ohanowicz (John), Agopsowicz (Jacob), Kirkorowicz (Gregory) Abgarowicz, Aksentowicz, Awakowicz, Sefarowicz, Bohosiewicz (=Paweł = Polos, Bohos); Ajwasowski ,Torosowicz

Tatar

Abdulewicz, Achmatowicz, Arsłanowicz, Bohatyrewicz (od: Bogadar), Safarewicz, Szabaniewski (szban), Chalembek, Kotłubaj (bej), Mielikbaszyc, Kadyszewicz (kadi), Tochtomyszewicz.

Lithuanien

Żemajtis, Staniszkis, Piekuś, Pekoś, Gedroyć, Dowgird, Dowkont

Biélorusse

Radziwiłł, Jagiełło, Sapieha, Mickiewicz, Sienkiewicz, Paszkiewicz, Waszkiewicz, Kościuszko, Moniuszko

Ukrainien

Horodyjski, Hołowiński, Tretiak, Mechaniów, Jacyszyn, Ometiuk, Smetaniuk, Hawryluk, Fedoruk

Silésien

Marniok, Przybylok, Garbaciok, Basista, Korfanty, Godula, Widera, Piszczek, Szafranek, Trąba, Jezusek, Przybyła, Brzonkalik, Buła, Drabiniok, Paterok, Gorzelik, Pyrtek, Hachuł, Uszok, Dyrda, Grziwocz, Wypchoł, Wywioł, Suchanka, Hołomka.

Noms de Famille des Juifs Polonais (Jusqu’en 1795)

Les Juifs ont été le dernier groupe de la société polonaise à acquérir des noms de famille corrects. Cela a coïncidé avec la perte de la souveraineté de la Pologne à la fin du XVIIIe siècle. Par conséquent, les administrations dirigeantes de Prusse, de Russie et d’Autriche a initié et a géré presque exclusivement le processus d’attribution de noms aux Juifs. Cela ne signifie pas que les Juifs polonais n’utilisaient pas de noms de famille avant cette période.

Dans cette première période, on formait les noms patronymiques typiques des Juifs polonais avec beaucoup de liberté. Comme le suggère Jan Bystroń, Moïse, le fils de Jacob pouvait être désigné par : Mojżesz ben Jakub, Mojżesz Jakubowicz ou Mojżesz Jakuba mais aussi Moszek Kuby, Moszko Kuby, etc. Les trois derniers sont formés en ajoutant le nom du père dans le génitif polonais.

De la même manière, on pouvait former les toponymes typiques différemment selon la langue, comme Wolf Bocheński, Aron Drohobycki, Izrael Złoczowski face à Szmul Kaliszer ou Mechele Rawer. Comme l’explique Jan Bystroń, une même personne pouvait fonctionner sous un nom différent selon qu’elle s’adressait à une communauté juive ou polonaise : « Un Juif de Poznań pouvait se désigner en yiddish sous le nom de Pozner, mais en polonais, il se nommait Poznańskim (il en va de même pour des paires telles que Warszauer/Warszawski, Krakauer/Krakowski, Łobzowski/Lobzower, Pacanower/Pacanowski) », explique Bystroń.

Ces noms, formés à partir de villes (pas nécessairement uniquement polonaises) sont généralement considérés comme typiques (sinon exclusifs) des noms des Juifs polonais, du moins à partir de la période où ils ont été officiellement imposés aux Juifs par les administrations des pays partageurs.

Noms des Juifs Polonais Sous les Administrations Étrangères

À partir de la fin du XVIIIe siècle, les Juifs polonais se sont vus attribuer officiellement des noms par les nouvelles administrations. Cette mesure a été particulièrement efficace dans les territoires administrés par l’Autriche et la Prusse, où des commissions spéciales de dénomination ont été créées en partant du principe que deux noms de famille identiques ne devaient pas figurer dans les registres.

Cela a conduit à une frénésie d’inventivité bureaucratique qui a produit la majorité des noms de famille juifs en Pologne. Ceux qui pouvaient se le permettre pouvaient choisir des noms qui pouvaient être considérés comme beaux ou augustes. On préférait les composites combinant des éléments comme : Diamant, Perl, Gold-, Silber-, Rosen-, Blumen- et -berg, – tal, -baum, -band, -stein.

Simultanément, certains de ces noms peuvent avoir été donnés dans l’intention de ridiculiser les Juifs : Goldberg, Rosenkranz, Gotlieb. Les noms donnés par les fonctionnaires autrichiens en Galicie sont particulièrement notoires et offensants : Wohlgeruch, Geldshrank, Singmirwas, Pulverbestandteil, Temperaturwechsel, Ochcenschwanz, Kanalgeruch, Wanzenknicker. Parmi eux, des noms carrément obscènes : Jungfernmilch, Afterduft.

Ce type de nom n’était généralement pas typique de l’administration polonaise ; Cependant, certains noms comme ceux mentionnés ci-dessus ont été adoptés au 19ème siècle, comparez : Inwentarz, Alfabet, Kopyto, Kałamarz, voire Wychodek. Certains composites frappent comme des traductions de l’allemand : Różanykwiat, Dobraszklanka, Książkadomodlenia.

La Russie a adopté une stratégie complètement différente. Sous l’administration russe, les plus populaires étaient les noms avec des suffixes slaves : -ovich, -evich, -ski, -uk, -in, -ov, -ev, etc. La plupart d’entre eux sont des patronymes : Abramowicz, Berkowicz, Dawidowicz, Dworkowicz, Dynowicz, Gutowicz, Joselewicz, Jakubowski). Une caractéristique intéressante des noms de famille russes des Juifs polonais était les noms formés à partir du prénom de la mère (matronymica) : Rywski, Rywin, etc.

Formes Féminines

L’une des particularités du système polonais de noms de famille est que le nom de famille d’une femme diffère souvent de celui de son mari ou de son père. Aujourd’hui, cela se remarque surtout dans les noms adjectivaux comme Kowalski – le nom de la femme est Kowalska. Cependant, dans le passé, le système des suffixes féminins des noms de famille était beaucoup plus élaboré. Il reflétait non seulement le sexe mais aussi le statut marital de la femme. Cela signifie qu’il suffisait d’entendre le nom de famille d’une femme pour savoir si elle était mariée ou célibataire. Voici comment on pouvait le savoir :

Jeune Fille :

Une femme qui ne s’était jamais mariée utilisait le nom de famille de son père avec le suffixe -ówna ou -anka – la forme dépendant du son final du nom de famille masculin (-ówna pour une fin de consonne, -anka pour une fin de voyelle). Exemples : Kordziak (père) – Kordziakówna (fille), Morawa – Morawianka.

Comparez : Anna Świderkówna, Zuzanna Ginczanka, Anna Skarżanka.

Épouse :

Une femme mariée ou une veuve utilisait le nom de famille de son mari avec le suffixe -owa ou -‘na / -yna :

Exemples : Nowak – Nowakowa, Koba – Kobina ; Puchała – Puchalina.

Cette tradition est ancrée dans un usage folklorique plus ancien qui a disparu au cours du 20e siècle. Elle est considéré aujourd’hui comme une relique d’une époque à jamais révolue – mais elle fait toujours partie de la culture.

Et le gagnant est…

Quels sont les noms de famille polonais les plus populaires aujourd’hui ? Voici le top 10 des noms de famille polonais les plus populaires (en 2014) :

  1. Nowak – 277 000
  2. Kowalski – 178 000
  3. Wiśniewski – 139 000
  4. Wójcik – 126 500
  5. Kowalczyk – 124 000
  6. Kamiński – 120 500
  7. Lewandowski – 118 400
  8. Dąbrowski – 117 500
  9. Zieliński – 116 370
  10. Szymański – 114 000

Comme vous pouvez le constater, Nowak est le nom de famille le plus populaire en Pologne. Jetez aussi un coup d’œil aux noms de famille les plus courants dans d’autres pays européens :

Carte de l'Europe avec pour chaque pays le nom le plus populaire utilisé dans ce pays.
Carte des noms de famille les plus utilisés en Europe.

Que nous apprend cette liste ?

En termes de constitution linguistique, la liste est étonnamment monolithique, et ne comporte que des noms ayant des racines polonaises slaves. C’est un fait qui reflète évidemment le caractère homogène de la société polonaise après la Seconde Guerre mondiale. Cela contraste légèrement avec le fait que le nom polonais le plus populaire, et de loin, est Nowak. Un nom qui, à l’origine, désignait une personne nouvelle dans la région, un éventuel étranger ou migrant.

Sinon, la liste comporte trois noms professionnels (Kowalski, Wójcik, Kowalczyk) et cinq noms d’origine toponymique : Wiśniewski, Kamiński, Lewandowski ( ?), Dąbrowski et Zieliński. Le n° 10 Szymański est le seul exemple de nom de famille formé à partir d’un prénom.

Sur ces 10 premiers noms de la liste, sept sont des noms en -ski. Cela confirme la théorie selon laquelle -ski est le nom polonais par excellence.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de traitement des données. Vous avez accès à tout moment à vos données sur simple demande.

Carte : The Most Common Last Names in Europe par NetCredit

Inspiré par l’article paru sur Culture.pl : A Foreigner’s Guide to Polish Surnames

Vous aimerez aussi

16 réponses à “Comprendre les Noms de Famille Polonais”

  1. Bravo pour cette recherche sur les noms de famille polonais. Pour ma part je me suis souvent demandée quelle était l’origine de mon nom de jeune fille: KORZENIOWSKI et de celui de ma famille maternelle : WISIOROWSKI et surtout dans quel coin de POLOGNE on les trouvait le plus.
    Le nom de jeune fille de ma grand mère maternelle, née en Pologne, était SATOR curieux nom polonais. Autre grand-mère également née en Pologne était CIAPA.
    Je serais ravie si quelqu’un pouvait me renseigner. Merci
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Je n’ai pas forcément la réponse mais par rapport au sens des noms que vous donnez, sachez que WISIOR ça veut dire pendentif et KRODZENIE les racines. Pas sûr que ça vous aide dans la généalogie mais c’est intéressant de voir la racine des noms.
      Très bonne journée !

      1. Kowalski vient de Kowal – celui qui ferre les chevaux – il est forgeron. Il donne :
        Kowalik, Kowalski, Kowalczyk, Kowalewski, Kowalczuk, kowalewski, Kowalkowski,
        En Pologne :
        -ski désigne le masculin,
        -ska désigne le féminin,
        -sko ou skie désigne le neutre.
        -skie désigne aussi le pluriel.
        Dans la langue de Jean-Paul II, il n’y a pas d’article défini, ou indéfini. C’est la terminaison du nom (ski, ska, skie, skowie) qui désigne le masculin, le féminin ou le neutre, même sur une carte d’identité.
        Dans la Pologne qui fut occupée par la Russie, souvent, le ski devient Sky bien que le Y de Sky se prononcerait en polonais actuel é.
        Dans la Galicie autrichienne (capitales : Cracovie à l’Ouest et Lwow (Lviv depuis 1945) à l’est, ski pouvait aussi s’écrire tzki.
        L. NOWAK (France)

    2. Korzeniowski (ou Korzeniowska pour une femme) vient à mon avis du mot : Korzenie qui veut dire « Racines », « Epices »
      Et « soumission », « prosternation » « humiliation ».
      Sources : « Podreczny slownik Jezyka Polskiego -Poslko-Francuski », Editeur : « Wiedza Powszechna Warszawa, 1987. Auteurs : Kazimierz Kupisz & Boleslaw Kielski.

  2. Mon nom de naissance est Chojean mais mon arrière grand père avait le nom de CHOJCAN (un e pour un c).
    Que pouvez vous me dire sur ce nom ?

    1. Bonjour, difficile à dire comme ça.
      Au niveau prononciation ça se dit « HOÏ-TSANE » (avec un H aspiré). Pour ce qui est de l’origine c’est compliqué mais une piste comme ça serait le terme « CHOJNY » qui veut dire généreux, même si ça ne colle pas trop, on retrouve le début du mot. Sans doute que des généalogistes polonais auraient d’autres pistes.

  3. Bonjour intéressant les démarches de votre site je cherche origine de mon nom’Romanowski et grands mères koza et sulkowska merci

    1. Romanowski vient du prénom masculin, Roman (qui se lit : Romane) qui désignait à l’origine, un Romain. Ski précise donc que ce fut un habitant résident à Romanow ou de Romanowo (avec un accent sur le o qui se lit « ou »). C’est un prénom surtout usité dans le nord-est de la Pologne (qui fut russe sous les Tzars), en Biélorussie et en Ukraine. N’a pas de parenté avec la famille impériale Russe, les « Romanow ».
      Sources : »Dictionnaire des noms de famille polonais » , Editions « Archives & Culture » à Paris. Auteur : Philippe Christol.2016.

    2. Bonjour, je m appelle également Romanowski. J aimerais remonter la généalogie de ma famille mais j ai très peu d elements. Savez-vous d où vient votre famille ? Merci à vous

  4. Bonjour,
    Toutes ces informations sont très intéressantes, je suis à la recherche du passé de mon grand père immigré en france vers ses 19 ans, et je vous avoue ne rien trouver.
    Il s’appellerait à Wachowski Antoine, né en 1903 a proboszczowice.
    Je suis preneuse de tout ce que vous pourrez me dire sur l’histoire de notre nom.
    Merci de votre retour.
    Edwige Wachowski

    On

  5. Bonsoir
    Je suis à la recherche de l’origine et la signification du nom de famille SZUBSKI
    d’avance un grand merci

  6. Bonjour
    Ma grand-mère maternelle était polonaise.
    Elle s’appelait Marie Krakulinska née le 16 décembre 1901, à Kulbaki ( aux environs de Cracovie ).
    Père : Anthony Krakulinska (ski?)
    Mère: Razela Pietbritzeck ( nom erroné?)
    Elle est arrivée en France dans les années 1925/1928, dans le département de la Haute-Marne
    J’aimerais connaître l’origine de son nom et si des membres de sa famille demeurent encore dans le Pays.
    Suis preneur de tous renseignements complémentaires
    Bien à vous
    Anne

  7. Mes parents et grands-parents sont polonais.
    Pawlak
    Jaroszewska
    Drzewoszewska
    Lewandowska
    Par contre, je voudrai savoir un peu plus sur le nom Lewandowska, est ce un nom juif? Est ce que cela signifie que ma grand mère était juive ou du moins sa famille?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *