Conte Polonais : Twardowski

Présentation du Conte Polonais :

Le conte Polonais Twardowski traite du sujet de la vie éternelle. Un rêve qui est évoqué dans de nombreux mythes dans le monde. Twardowski s’est joué d’un Démon pour vivre pour toujours, mais peut-on vraiment tromper un Démon sans en payer le prix ?

Twardowski – Le Conte

Twardowski était de naissance un noble. Il souhaitait être plus sage que les autres, être honnête et découvrir un élixir contre la mort, car il craignait par-dessus tout de mourir. Il avait appris dans un vieux livre l’art d’invoquer les démons. Il quitta Cracovie, ville dans laquelle il était docteur en médecine, secrètement à minuit, et vint à Podgorze, où il commença ses arts magiques pour invoquer le démon des profondeurs. L’esprit maléfique apparut bientôt. Comme c’était la coutume à cette époque, les deux hommes conclurent une alliance. Le démon s’agenouilla à terre et rédigea un engagement, que Twardowski signa de son propre sang, pressé du troisième doigt de sa main gauche. La principale condition de l’alliance était la suivante : le démon ne devait avoir aucun pouvoir sur le corps ou l’âme de Twardowski, à moins qu’il ne puisse l’attraper à Rome.

En vertu du lien exécuté entre eux, Twardowski commanda les services du démon, et il lui ordonna de recueillir tout l’argent en Pologne, de l’enterrer à Olkusz et de le recouvrir de sable. Le serviteur obéissant fit ce qu’on lui demandait. D’où les célèbres mines d’argent d’Olkusz. Puis Twardowski ordonna à l’esprit malin d’apporter un grand rocher à Piaskowa Skala, de le placer sur son point le plus aigu de la terre et de l’y laisser pour toujours. Le serviteur obéissant obéit aussitôt à l’ordre. Le rocher se dresse toujours tel qu’il fut installé, et est appelé le Rocher du Faucon.

En un mot, tout ce que Twardowski désirait, il pouvait l’obtenir immédiatement. Il pouvait monter sur un cheval coloré et voler dans les airs sans ailes. Lorsqu’il voyageait, il s’asseyait sur un coq et galopait plus vite qu’à cheval. Il se déplaçait dans un bateau sur la Vistule, sa bien-aimée à ses côtés, à contre-courant, sans rame ni voile. Il pouvait prendre un morceau de verre à la main, et avec lui brûler des villages entiers, bien que distants de cent kilomètres.

Twardowski tomba amoureux d’une jeune femme et la voulait en mariage. Mais elle avait un curieux caprice, elle gardait un insecte enfermé dans une bouteille, et disait que l’homme qui pouvait deviner de quelle créature il s’agissait devait être son mari. Twardowski se déguisa en mendiant et se présenta devant la jeune femme. Elle lui a demandé de tenir la bouteille à distance :

« Quel genre de créature est ce ver ou ce serpent ? »

« C’est une abeille, mademoiselle. », répondit Twadrowski.

Il avait raison ; et il épousa donc la jeune femme. Mais ils formaient un couple étrange. Madame Twardowski vendait toutes sortes d’objets du Nord dans une cabane en terre sur la place du marché de Cracovie. Son mari passait parfois par-là, habillé comme un riche noble, et il ordonnait alors à ses nombreux serviteurs de mettre en pièces les marchandises de sa femme. Lorsque la femme, dans sa fureur, le maudissait, lui, ses serviteurs et tout ce qui l’entourait, Twardowski, assis dans son beau carrosse, prenait d’autant plus de plaisir à s’ébattre et éclatait de rire.

Pour connaître la suite de « Twardowski »

Les 13 plus beaux contes polonais - Livre de contes polonais

Achetez le livre « Les 13 Plus Beaux Contes Polonais » sur Amazon (au format Broché ou Kindle)

Illustration de Ignacy Gierdziejewski sur Wikipedia

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *