Wiedźmin (The Witcher Polonais) à Hollywood

Il parle plus de 20 langues et a fait de son nom une marque connue dans le monde entier, du Brésil au Japon. Mais rien ne laisse présager un ralentissement de son activité. Depuis plus de 30 ans maintenant, nous observons la marche impressionnante du Loup Blanc à travers toutes les formes de médias. Alors que The Witcher polonais passe sur la plateforme de streaming Netflix, on peut revenir sur ses différentes incarnations au fil des ans.

L’édition de décembre 1986 du mensuel Fantastyka présentait une nouvelle sur un mystérieux tueur de monstres, Geralt de Rivia aux cheveux blancs. Ce personnage était la création d’Andrzej Sapkowski. Surnommé AS par ses lecteurs, ce qui signifie « As » en polonais, il avait fait ses débuts dans le magazine en tant que traducteur de The Words of Guru de Cyril M. Kornbluth trois ans auparavant. Le jury d’un concours d’écriture créative a reconnu The Witcher, devançant plus de mille autres concurrents. La nouvelle a donc remporté le troisième prix (ex aequo), après Ciernie (Épines) de Jan Maszczyszyn et la nouvelle gagnante Yoo Retoont, Sneogg : Ay Noo de Marek S. Huberath. La nouvelle de Sapkowski s’est distinguée par son « style exceptionnel et son intrigue ». Cette dernière déterminait la brillante carrière du Witcher.

En octobre 2016, Sapkowski a reçu le World Fantasy Award pour l’ensemble de sa carrière et, en décembre, Geralt de Rivia a eu 30 ans. Désormais, on peut suivre ses aventures dans une douzaine de nouvelles, plusieurs romans et de nombreuses variations littéraires. Il est également devenu le personnage principal de bandes dessinées, de films de télévision et de longs métrages, d’un opéra rock et d’une série de jeux vidéo au succès retentissant. Malgré tout cela, il n’a pas fini de faire parler de lui. Son 33e anniversaire devrait être le plus grand de tous, sa dernière représentation étant diffusée dans les foyers du monde entier via Netflix.

Alors, comment en est-on arrivé là ? On vous présente ci-dessous (presque) toutes les incarnations du Witcher.

Littérature

The Witcher Polonais à l’Étranger

Avant que le Loup Blanc ne parte pour la première fois à l’étranger, il avait déjà conquis le cœur des lecteurs européens. Au départ, Sapkowski devait se consacrer uniquement aux traductions. Cependant, les rédacteurs du magazine Fantastyka lui ont demandé une autre histoire de the Witcher polonais après le premier court-métrage susmentionné. La création d’un monde fantastique sans équivoque sur le plan moral, fondé sur la mythologie slave et celtique et les légendes arthuriennes, qui s’inspire de la vision de Tolkien tout en la contestant, et qui est truffé de références intertextuelles aux canons de la littérature polonaise et mondiale ne pouvait pas passer inaperçue. Que des éditeurs étrangers remarquent le potentiel de l’univers de Witcher – « le style de Sienkiewicz et l’esprit de Chandler », comme l’a déclaré à la radio polonaise Maciej Parowski, écrivain, critique et secrétaire du concours susmentionné – n’était qu’une question de temps.

Quatre ans après avoir été présenté aux lecteurs polonais, Geralt a été présenté aux Russes (dans une anthologie de la littérature fantastique polonaise) et aux Ukrainiens (dans le magazine Всесвіт). En 1993, les œuvres de Sapkowski avaient été publiées quatorze fois à l’est de la Pologne. Et au sud, en République tchèque –  » Vědmák « , connu plus tard sous le nom de  » Zaklínač « , est apparu en 1991 sous la forme d’une traduction de la nouvelle Mniejsze Zło (Le moindre mal), qui présente une ressemblance quelque peu perverse avec le conte de fées de Blanche-Neige.

The Witcher Polonais Gagne en Popularité

Sa popularité a beaucoup augmenté dans ce pays ; on a publié les volumes suivants de sa saga environ un an après leur première polonaise, et Sapkowski lui-même a reçu des prix de la part des critiques littéraires et des lecteurs de fantasy tchèques (tels qu’un prix Ikaros et un prix de l’Academy of Science Fiction, Fantasy and Horror Literature). On a publié les traductions ultérieures de ses œuvres en lituanien, allemand, espagnol, français et portugais avant 2007. Cette date est celle à laquelle CD Projekt RED a lancé le premier des jeux vidéo mettant en scène le Loup Blanc.

Cependant, il a fallu attendre longtemps pour que The Witcher polonais se présente au public anglophone. Bien que l’année 2000 ait vu The Hexer – traduit par Agnieszka Fulińska – publié dans le recueil de nouvelles Chosen by Fate : Zajdel Award Winner Anthology par SuperNOVA en coopération avec le Club silésien de littérature fantastique (couverture conçue par Tomasz Bagiński), il est passé inaperçu. Ce n’est que lors de la promotion de la version jeu de The Witcher que les lecteurs ont pu découvrir la traduction de Danuta Stok (The Last Wish publié au Royaume-Uni en 2007 et aux États-Unis en 2008), puis celle de Michael Kandel (Spellmaker publié en 2010 dans A Polish Book of Monsters), qui a également traduit les œuvres de Stanisław Lem et de Jacek Dukaj. L’édition anglaise du cinquième tome de la saga – Lady of the Lake – est arrivée sur le marché en 2017.

Le moment était venu de pénétrer d’autres marchés : de la Serbie et de la Bulgarie, en passant par l’Italie, la Finlande et le Brésil, jusqu’à la Chine et au Japon (dans ces deux derniers pays, le titre en polonais se trouve sur la couverture du livre à côté de sa traduction).

The Witcher : De Nombreuses Histoires

L’univers de The Witcher est si inspirant que les auteurs de fantasy – et les auteurs d’autres genres littéraires – s’en inspirent largement. Cela donne souvent lieu à des pastiches, voire des parodies. Vous voulez voir Geralt en jeans, armé d’un téléphone portable et d’un carnet de notes, chassant des robots rebelles tout en prenant un taxi ? Oui, mais seulement dans le monde cyberpunk de Vladimir Vasiliev. Son Witcher du Grand Kiev apparaît également dans Tales of the Witcher World, un hommage à Sapkowski par des écrivains russes et ukrainiens.

L’anthologie comprend des histoires meilleures et moins bonnes, avec des versions modifiées des personnages. Geralt en tant que tel apparaît dans les histoires de Mikhail Uspienskij, mais c’est Pissenlit qui est le personnage principal. On peut également trouver différentes visions du monde (Alexander Zolotko, dont les « occupants » sont stationnés près de Legnica, est celui qui s’est le plus éloigné de la vision canonique), et de l’humour linguistique (une excellente nouvelle de Belanin sur Geralt et Yennefer à l’époque contemporaine). Non moins intéressant est le regard féminin offert par la Tchèque Petra Neomillnerova – l’auteur de Lota – et par la Biélorusse Olga Gromyko qui raconte l’histoire de Wolha Redna, une sorcière.

Bandes Dessinées

The Witcher polonais littéraire est devenu un phénomène, mais dans les années 1990, les lecteurs n’étaient pas encore préparés à ce que l’histoire soit racontée par un autre moyen que le livre. Une adaptation en bande dessinée était problématique en raison de la forme – les dialogues courageux et les jeux intertextuels devaient être beaucoup simplifiés, et, pour des raisons esthétiques, l’image de Geralt et du monde présentée dans un roman graphique pouvait différer profondément des attentes des lecteurs.

De Nombreuses Tentatives

Maciej Parowski a réalisé une première tentative (scénario écrit avec Sapkowski) et Bogusław Polch (illustrations). Bien que l’intrigue soit relativement fidèle à la prose originale, le remplacement des lignes épurées – connues de Funky Koval – par un art plus épais et moins précis et l’utilisation de nuances atténuées de brun, jaune et noir n’ont guère enthousiasmé les lecteurs.

Geralt, arborant une queue de cheval et une frange caractéristique, devient le héros de six bandes dessinées : La route sans retour, Geralt, le moindre mal, Le dernier souhait, La frontière de la capacité et Trahison, qui ont été publiées dans les éditions 1993-1995 du magazine Komiks. Le dernier volet de la saga, qui était un concept original, a marqué la fin du magazine. Au fil du temps, le scepticisme à l’égard de l’œuvre de Polch et Parowski s’est affaibli, et les éditions suivantes de la bande dessinée ont suivi en 2001 et 2015.

Sur près de trois décennies, on a tenté de transformer the Witcher polonais en une bande dessinée à succès. Maciej Parowski a réessayé en 2007, en collaborant cette fois avec Przemysław Truściński (le concepteur de l’image de Geralt dans le jeu vidéo). Cependant, le projet prometteur de six bandes dessinées basées sur l’intrigue du roman n’a pas abouti. L’année 2011 a toutefois vu la publication d’une œuvre de Michał Gałek (scénario), Arkadiusz Klimek et Łukasz Poller (art). La série de deux bandes dessinées Reason of State était un concept original basé dans l’univers de Witcher, avec des illustrations rappelant les productions françaises. La convergence de la date avec le lancement du produit de CD Projekt n’était pas une coïncidence.

Les Bandes Dessinées à Succès

L’histoire du loup blanc a attiré l’attention de la maison d’édition américaine Dark Horse Comics. The Witcher : House of Glass, écrit par Paul Tobin, lauréat du prix Eisner, et illustré par Joe Querio, a été publié en 2014. Il s’agit d’une histoire autonome pleine d’horreur. Des dessins lugubres et souvent très simples intensifient son climat sinistre. Le duo a également créé une suite intitulée The Witcher : Les enfants du renard, basée sur le roman de Sapkowski, Saison des tempêtes. Fin août 2016, le troisième volet de la série américaine, The Witcher : Curse of Crows, a eu sa première. Cette fois, l’aventure de Geralt et Ciri avec la participation de loups-garous et de strigas a été illustrée par l’artiste polonais Piotr Kowalski, qui avait déjà collaboré avec la maison d’édition Marvel (sur Hulk) et avec Stephen King (sur une bande dessinée basée sur la série La Tour sombre).

Il ne serait pas correct de ne pas mentionner la parodie de Tomasz Samojlik. Dans son The Witcher – Destinée de l’épée (2001), Gierwald Zrywi se bat avec un coiffeur meurtrier szczyga et découvre le mystère de la Sainte Grille. Lors d’un voyage aux deux tours de la caisse de retraite (en 2003), il retrouve de vieux amis : Dżenifer (Yennefer) la sorcière, Katarakta (Cataracte) le barde, et Czyrak (Bouillir) le Kinder Surprise.

The Witcher Polonais en Film

Après une adaptation en bande dessinée de la prose de the Witcher polonais, il était temps d’essayer d’en faire un film. Avec un casting de stars (Michał Żebrowski – l’acteur le plus populaire de Pologne à l’époque – jouait le rôle de Geralt, et tous les épisodes mettaient en vedette les meilleurs acteurs polonais), un budget important (près de 19 millions de PLN, faisant de la production l’un des dix films polonais les plus chers depuis 1989), une campagne de marketing extensive, mais surtout, le fait qu’il était basé sur une prose brillante (dans absolument tous les sens du terme) et qu’il avait déjà un héros culte, le projet était considéré comme une valeur sûre.

Hélas, après la première de The Witcher (ou The Warlock) en 2001, le réalisateur Marek Brodzki et le scénariste Michał Szczerbica, qui a retiré son nom du générique, ont été frappés par une forte vague de critiques. Une modification trop excessive de l’archétype littéraire et une structure trop épisodique de l’intrigue aurait causé cet échec. C’est sûrement dû au fait que le film a été réalisé à partir d’une série télévisée hachée et inédite finalement diffusée un an plus tard en 2002. La production était plutôt décourageante et ce sont ceux qui n’avaient pas lu les livres de Sapkowski qui ont acclamé la série télévisée de 13 épisodes.

L’Histoire de la Série The Witcher

Mais voilà qu’arrivent les plans d’une nouvelle production pour 2017. Cette fois, Tomasz Bagiński aurait réalisé le film, associé à Platige Image, et en coopération avec la société américaine Sean Daniel. Le premier long métrage de l’auteur de l’animation The Cathedral, nominée aux Oscars, devait être basé sur deux nouvelles. Celles-ci ne sont autre que The Witcher et Lesser Evil, qui devaient être traduites dans le langage du cinéma par la scénariste hollywoodienne Thania St. John, qui avait déjà travaillé sur Buffy the Vampire Slayer et Roswell. Aucun détail n’était connu, si ce n’est que Geralt allait être interprété par un acteur anglophone, que son budget serait compris entre 20 et 30 millions de dollars américains et que Bagiński rêvait de tourner le film en Pologne. Le réalisateur a déclaré dans une interview pour l’Association des cinéastes polonais :

Nous devons être conscients que, selon les normes américaines, nous racontons une histoire plutôt discrète avec quelques scènes d’action spectaculaires tournées en plein air. Il y aura des décors élaborés et des effets spéciaux, mais ne vous attendez pas à la bataille des cinq armées. Il ne s’agira pas d’un blockbuster. Le scénario nous est apparu comme une sorte de Tigre et Dragon caché slave, assez sage. L’objectif principal est de présenter notre protagoniste dans la dimension la plus large et la plus profonde possible, et de manière à ce que les spectateurs qui ne connaissent pas la littérature de Sapkowski ou les jeux mettant en scène le Witcher puissent entrer dans son monde, et en tomber amoureux peut-être. Si nous atteignons cet objectif avec le film, peut-être qu’une suite suivra…

Maintenant que nous sommes en 2021, nous savons que ce projet est devenu quelque chose d’entièrement différent. C’est maintenant une série télévisée pour la plateforme de streaming Netflix. Bagiński était toujours impliqué, mais il est désormais le producteur exécutif. Il travaille en étroite collaboration avec la showrunner du projet, Lauren Schmidt Hissrich. Bien que de nombreux fans se soient initialement ralliés en ligne à Mads Mikkelsen, en raison de son apparence similaire aux incarnations précédentes, l’acteur anglophone jouant Geralt n’est autre qu’Henry Cavill, célèbre pour son rôle dans Superman.

The Witcher de Netflix – Galerie d’Images

Mais le développement le plus intriguant était que le plan était maintenant de convertir l’ensemble des huit livres en une série de plusieurs saisons, un véritable buffet d’action sur le continent. Avant même la diffusion de la première saison, une deuxième avait déjà été lancée. Mais est-ce que l’on adaptera vraiment les huit livres au petit écran ? Par le passé, Netflix a impitoyablement annulé plusieurs séries qui comptaient de nombreux fans, alors à l’heure où nous écrivons ces lignes, tout le monde peut se demander.

Pour les fans qui espéraient encore un film, ils ont été vivement récompensés par « un film de fans pour les fans ». Le film Alzur’s Legacy, financé par la foule, a été réalisé en quatre ans par une équipe de passionnés de Witcher. Bien qu’il n’ait pas le lustre des hautes valeurs de production de Netflix, sa plongée dans des parties moins connues de l’histoire du Witcher a été très appréciée par les fans, même si les nouveaux venus se sont demandés pourquoi il ne s’agissait pas de Geralt de Rivia (indice : le film se déroule après la fin de sa saga).

Jeux-Vidéo

Capture d'écran du jeu The Witcher
Cliché du jeu The Witcher 3 : Wild Hunt

En dehors du cinéma et de la télévision, Bagiński a également cosigné des bandes-annonces de jeux vidéo, plus précisément celles de la série de jeux The Witcher. Le succès incontesté du jeu de CD Projekt RED a fait de The Witcher polonais une marque mondialement reconnue, et pas seulement parmi les fans de fantasy. Le studio a commencé à travailler sur son premier jeu de rôle en 2003. Comme ils l’ont écrit sur leur site Web :

Pour nous, c’était un grand retour à la littérature d’Andrzej Sapkowski, dont les livres et les nouvelles ont occupé nos jours et nos nuits au lycée et à l’université. Et lorsqu’il s’est avéré que les droits d’auteur de l’intrigue étaient disponibles pour le développement du jeu, nous avons eu l’impression d’avoir réalisé l’impossible.

Et c’est ce qui s’est passé. Le premier jeu vidéo (The Witcher, sorti à l’automne 2007) a été un succès commercial, mais le meilleur restait à venir. On a commercialisé les volets suivants de la trilogie de jeux en 2011 et 2015, et les ventes ont dépassé les 20 millions d’exemplaires. Les précommandes de The Witcher 3 : Wild Hunt ont atteint 1,5 million d’exemplaires dans 109 pays, et le budget de production, qui dépassait 300 millions de PLN, a été intégralement récupéré dès le premier jour de vente. Récompensé plus de 800 fois, dont 251 fois par le prix du jeu de l’année, cette production d’un studio de Varsovie est devenue le jeu vidéo le plus primé de l’histoire.

La mise en scène magistrale d’un monde slave exotique jusqu’alors inconnu des Occidentaux, la qualité du contenu supplémentaire et le degré de respect des auteurs envers leurs clients (prise en compte des avis des utilisateurs avec des extensions gratuites) ont enchanté beaucoup de joueurs. Enfin, Sapkowski a également apprécié les réalisations de CD Projekt tout en admettant, cependant, qu’il ne jouait pas aux jeux (bien qu’il ait créé il y a longtemps Oko Yrrhedesa (L’œil d’Yrrhedes), l’un des premiers jeux de rôle fantastiques polonais).

Depuis lors, CD Projekt Red a continué à satisfaire la soif des fans avec Gwent, un jeu recréant le jeu de cartes auquel jouent les personnages de l’univers Witcher les uns contre les autres, et Thronebreaker, un jeu de stratégie RPG mettant les joueurs en charge d’attaquer des armées.

Théâtre

La conception architecturale de la Novigrad numérique ressemble à celle de la ville de Gdańsk – l’un des bâtiments est le portrait craché de la célèbre grue portuaire médiévale (Żuraw). Mais on associe la Tricity au Witcher pour une autre raison. Le théâtre musical de Gdynia a créé une comédie musicale basée sur le livre de Sapkowski, qu’il a inaugurée lors de la saison théâtrale 2017/2018. Le spectacle continue d’être mis en scène régulièrement, avec des sous-titres en anglais pour les fans étrangers qui viennent s’y rendre.

Wojciech Kościelniak assure la mise en scène et le scénario, Piotr Dziubek compose la musique, Rafał Dziwisz écrit les paroles, et Damian Styrna conçoit le décor. Les critiques positives qu’il a récoltées étaient attendues puisque l’équipe de Gdynia avait déjà réussi à faire des adaptations scéniques des classiques de la littérature polonaise que sont La Poupée et Les Paysans. Kościelniak dit :

Nous voulons préparer un spectacle attrayant, en utilisant largement les technologies modernes. Nous voulons montrer un monde intéressant et pittoresque, différent de tout ce que nous avons déjà fait dans ce théâtre.

Cependant, ce n’était pas la première fois que le Loup Blanc montait sur scène avec The Witcher, présenté par le théâtre musical de Gdynia. En 2009, à Rostov-sur-le-Don, le groupe russe de sympho-rock Esse a présenté son opéra rock Road Without Return (titre tiré d’un conte sur les parents de Geralt).

La narration musicale, centrée sur la vie de la princesse Cirilla, est dépourvue de scènes d’aventure plus typiques, avec de nombreux personnages absents par rapport à la trame littéraire. Un livret poétique remplace le langage brutal qu’utilise Sapkowski. Afin de souligner la couche émotionnelle, les créateurs de la série ont combiné différents styles : de l’improvisation jazz au doom et au power metal, en passant par des éléments de folk avec le son de la flûte et de la mandoline. Malgré un pathos parfois à la limite du kitsch, il faut reconnaître que mettre ce monde fantastique dans ces genres musicaux était une expérience audacieuse.

Ainsi, après 33 ans, seul le temps nous dira si Geralt de Rivia nous surprendra avec des apparitions encore plus audacieuses…

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez notre politique de traitement des données. Vous avez accès à tout moment à vos données sur simple demande.

Traduction libre de l’article d’Agnieszka Warnke paru sur Culture.pl : ‘The Witcher’: The Road From Rivia to Hollywood

Photos : Netflix

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *